Les prévisions macro-économiques et sectorielles pour 2022

 

Dans sa série « Previsis », XERFI a publié dans son numéro 266 de « CONJONCTURE ET PRÉVISIONS POUR L’ENTREPRISE » de septembre 2021 les prévisions macro-économiques et sectorielles pour 2022.

 

Dans une 1ère partie, l’organisme d’analyse et de prévision analyse la situation et l’environnement des entreprises, avec un focus sur le climat des affaires dans les principaux secteurs d’activités. La 2ème partie es consacrée à la conjoncture et les prévisions 2022 de la France, avec des éclairages sectoriels très intéressants. La dernière partie présente la dynamique mondiale en 2022 avec un éclairage sur huit pays.

Les prévisions présentées dans ce document sont très importantes pour les entreprises, notamment celles qui ont des activités à l’international. Ces prévisions macro-économiques et sectorielles leur permettent de bâtir leurs propres prévisions de chiffre d’affaires, de commandes et livraisons, d’investissement, ….

Dans cette très riche étude, nous avons retenu avec attention l’analyse concernant la reprise dans les secteurs du numérique et de la santé :

« La reprise reposera finalement sur deux leviers en 2022. La récupération puissante mais incomplète des secteurs les plus sinistrés par les contraintes sanitaires ou d’approvisionnement : les services aux ménages, l’hébergement-restauration, les industries aéronautique et automobile. Locomotives temporaires, ces secteurs afficheront de très forts taux de croissance, allant jusqu’à 40% dans le cas de la restauration, sans pour autant retrouver leur niveau d’avant-crise, alors même que perdureront les difficultés sur le front du tourisme d’affaires et des semi-conducteurs. Les moteurs durables de la croissance sont à chercher ailleurs. Filière d’entraînement par excellence, le BTP va s’imposer, on l’a vu, comme fer de lance de la reprise avec un chiffre d’affaires en hausse de 4% en 2022. Deux pans de l’économie profiteront encore des transformations de la société : les services numériques, dopés par les besoins en solutions d’e-commerce, d’e-marketing ou de télétravail, et les activités liées à la santé, à l’image de l’industrie pharmaceutique dont la production surplombera de plus 10% son niveau d’avant-crise fin 2022. Préservés au cœur de la crise, les secteurs de l’information-communication et des services environnementaux resteront également très dynamiques ».  

Consulte l’étude Xerfi complète