Les projections macroéconomiques de la France à moyen terme constituent un exercice très important que plusieurs organismes en France (INSEE, XERFI, Banque de France, Direction du Trésor, …) élaborent régulièrement pour répondre à des finalités et besoins bien précis. 

Pour les besoins de la mise en œuvre de la politique monétaire du pays à moyen terme (horizon de 3-4 ans), la Banque de France publie ses projections macroéconomiques. Ces dernières portent sur des agrégats tels que 

le PIB, la consommation, les exportations, les importations, les investissements et d’autres variables de cette catégorie. Mais aussi sur l’emploi et le chômage, l’inflation et les finances publiques.  

Les projections sont élaborées à partir de plusieurs modèles comme le montre le schéma ci-dessous.  Ces derniers permettent d’automatiser diverses relations entre variables macroéconomiques et constituent un point de référence indispensable pour le raisonnement.

Les différents modèles de prévision macroéconomique

Le modèle semi-structurel FR-BDF : c’est le cœur du processus de la prévision macroéconomique. Il permet de modéliser les interactions entre les grands agrégats macroéconomiques de l’économie française et d’en faire une projection structurée sur l’horizon de prévision. Il interagit par itérations successives avec d’autres modèles sur les parties inflation et finances publiques, notamment.

Le modèle MAPI (ou Modèle d’analyse et de projection de l’inflation) : à partir d’une analyse fine  des composantes du panier de biens de consommation, il permet de poser un diagnostic sur l’inflation en France.  Il interagit directement avec les agrégats macroéconomiques projetées dans le modèle FR-BDF. 

Le modèle MAPU (ou Maquette Agrégée des finances publiques) : à partir des informations disponibles sur les finances publiques, ce modèle permet de projeter les perspectives à l’horizon de  3 à 4 ans  du déficit public, de la dette, des dépenses publiques, des taux de prélèvements obligatoires, etc … . 

Le modèle ISMA (ou Indicateur synthétique mensuel d’activité) : il intègre et exploite des données issues d’enquêtes périodiques comme celle de la conjoncture de la Banque de France auprès des chefs d’entreprises (EMC), complété par des informations sectorielles issues du modèle PRISME (Prévision intégrée sectorielle mensuelle).

La note de la Banque de France permet d’avoir une analyse détaillée de cet important dispositif pour établir les prévisions macroéconomiques de la France.