Redémarrage de la chaîne d’approvisionnement (Supply-Chain) à l’heure du coronavirus : prévoir et planifier à court terme

Si les chaînes d’approvisionnement mondiales sont entrées dans une crise sévère qui dure depuis le début de l’année dernière, les acteurs de la supply chain au niveau mondial ont pris des mesures pour atténuer les impacts de la pandémie du covid-19 et pour renforcer la résilience face aux chocs futurs.

Dans son article sur les effets de la crise sanitaire du Covid-19 sur la chaîne d’approvisionnement, McKinsey&Company  estime que « les entreprises doivent réagir sur plusieurs fronts à la fois : en même temps qu’elles s’emploient à protéger la sécurité de leurs salariés, elles doivent également préserver leur viabilité opérationnelle, aujourd’hui de plus en plus sous pression à la suite d’un choc historique de la chaîne d’approvisionnement ».

Pour McKinsey & Company, la majorité des entreprises ont su bien réagir afin de contenir au mieux les impacts immédiats afin d’éviter la rupture totale des approvisionnements et ont su mettre en place des mécanismes de gestion de crise et des plans de reprise d’activité (PRA). Ces actions et plans sont une réaction à court terme. Mais la préoccupation se situe aussi à moyen et à long terme : « Comment les responsables de la chaîne d’approvisionnement peuvent-ils aussi se préparer à moyen et à long terme et renforcer la résilience ? »

Que faire aujourd’hui ?

Dans la situation actuelle que vivent les chaînes d’approvisionnement mondiales et dans une perspective à court terme, McKinsey & Company leur recommande de s’attaquer à six points importants qui nécessitent une action rapide dans toute la chaîne d’approvisionnement de bout en bout. Ces mesures devraient être prises parallèlement aux mesures visant à soutenir la main-d’œuvre et à se conformer aux dernières exigences réglementaires et sanitaires :

  • Créer de la transparence sur les chaînes d’approvisionnement multi-tiers, établir une liste de composants essentiels, déterminer l’origine de l’approvisionnement et identifier d’autres sources.
  • Estimer les stocks disponibles le long de la chaîne de valeur, y compris les pièces de rechange et les stocks après-vente — pour les utiliser comme une alternative pour maintenir la production en marche et permettre la livraison aux clients.
  • Évaluer la demande objective des clients finaux et répondre (ou, dans la mesure du possible, contenir) le comportement d’achat par pénurie des clients.
  • Optimiser la capacité de production et de distribution afin d’assurer la sécurité des employés, par exemple en fournissant de l’équipement de protection individuelle et en s’engageant avec les équipes de communication pour partager les niveaux de risque d’infection et les options de travail à domicile. Ces mesures permettront aux responsables de comprendre les niveaux de capacité actuels et prévus de la main-d’œuvre et du matériel.
  • Identifier et sécuriser la capacité logistique, estimer la capacité et accélérer, dans la mesure du possible, et faire preuve de souplesse en matière de mode de transport, au besoin.
  • Gérer la trésorerie et le fonds de roulement net en faisant des simulations (tests de résistance) pour comprendre où les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement commenceront à avoir un impact financier

Renforcer la résilience à moyen et long terme

Une fois que les risques immédiats et à court terme pour une chaîne d’approvisionnement ont été identifiés et traités, les responsables doivent alors concevoir une chaîne d’approvisionnement résiliente à moyen et long terme.

Cela commence par la mise en place d’une fonction (mission) d’évaluation du risque de la chaîne d’approvisionnement chargée d’évaluer les risques, de mettre continuellement à jour les estimations de l’impact sur les risques et les stratégies d’assainissement, et de superviser la gouvernance des risques. Les processus et les outils créés pendant la période de gestion de crise devraient être documentés d’une manière régulière et officielle, et le centre de reprise de l’activité devrait devenir un élément permanent pour surveiller les vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement de façon continue et fiable. Au fil du temps, une collaboration plus étroite avec les fournisseurs peut également renforcer tout un écosystème de fournisseurs pour une plus grande résilience.

Au cours de ce processus, la digitalisation de la gestion de la chaîne d’approvisionnement améliore la rapidité, l’exactitude et la flexibilité de la gestion des risques d’approvisionnement. En construisant et en renforçant une source d’information centralisée, une chaîne d’approvisionnement digitalisée renforce les capacités d’anticiper les risques, d’accroître la visibilité et la coordination dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement et de gérer les problèmes qui découlent de la complexité croissante des produits.